ENSEMBLE NOUS SOMMES PLUS FORTS

DES ANTENNES

5G

À ECHALLENS?

NON

No 5G.jpg
5G DANGER.JPG
Vidéo 5G à Echallens.JPG

VIDÉO

DE QUOI S'AGIT-IL?

MISE A L'ENQUÊTE DE 9 NOUVELLES ANTENNES 5G (+ 3/4G) SUR LE CENTRE COLLECTEUR LANDI ! DÉLAI 27.03.2022

Jusqu'ici, trois stations Swisscom sises à Echallens avaient été modifiées en 5G. Maintenant, Swisscom, Sunrise et Salt veulent installer encore 9 nouvelles antennes DOUBLES de forte puissance sur le centre collecteur LANDI (image ci-contre). Infos de mise à l'enquête ici

(DOSSIER COMPLET voir plus bas)

Synoptique antennes.png

LANDI

SMILEY ELECTRO-IRRADIE_fond transparent.
 

LA LETTRE D'OPPOSITION DE 20 PAGES A ÉTÉ REMISE LE VENDREDI 25 MARS
À LA COMMUNE D'ÉCHALLENS

AVEC 565 SIGNATURES

MERCI DE VOTRE SOUTIEN !

Centre LANDI vue générale.jpg
Centre LANDI.png

18 ANTENNES ET 18'000W DE PLUS ???

5G DANGER.JPG
Rayon d'opposition av texte 2.jpg
Rayonnement LUS 1.JPG
Détails LUS.JPG

LANDI

Adobe_PDF-logo.png

Dossier complet

Rayonnement LUS 2.JPG
Adobe_PDF-logo.png

Liste de signatures pour l'opposition collective

Adobe_PDF-logo.png

Flyer explicatif

Logo Powerpoint.JPG

DIAPORAMA POWERPOINT
de la vidéo

Vidéo 5G à Echallens.JPG

VIDÉO

Adobe_PDF-logo.png

PDF DU DIAPORAMA

"5G STANDARD" OU "5G ADAPTATIVE" (5G+) ?

Les antennes mises à l'enquête sont des antennes adaptatives dans leur partie supérieure, mises à l'enquête en mode non adaptatif. Les opérateurs comptent juste changer le mode de fonctionnement et appliquer les facteurs de réduction qui permettront d’émettre 8 fois plus fort une fois le permis délivré. Ceci est malheureusement permis par la nouvelle révision de l’ORNI (01.01.2022). Les puissances d'émission sont ici très fortes, puisque le total fait 18'000W et que le rayon d'opposition de 1879m englobe deux villages voisins ! Et après activation du mode adaptatif, la puissance totale atteindra 43'400W !!

Pour rappel, les antennes 5G dites "adaptatives" focalisent des faisceaux d'ondes puissants sur les utilisateurs ET sur les personnes se trouvant dans les faisceaux. Des doutes sérieux existent sur le fait que les intensités de ces faisceaux respecteront les normes, par ailleurs trop élevées rappelons-le pour garantir une innocuité au niveau biologique. Les "facteurs de réduction" et la moyenne sur 6 minutes appliqués aux calculs de ces antennes permettent d'émettre à forte puissance en prétendant respecter les valeurs limites.

Antennes 2 Ericsson MACRO SECTOR 6313.JPG
Antennes doubles.JPG

Bâtiment  LANDI

Puissance antennes.JPG
Pmax en fct direction.JPG

Dans ce tableau "Puissance cumulée en fonction de la direction", on constate qu'il y a 5 azimuths qui donnent une puissance cumulée importante, ce sont les azimuths suivants :
 

  • 30° à 140°   (16'200W)

  • 80° à 200°   (16'200W)

  • 180° à 320° (17'460W)

  • 260° à 360° (17'550W)

  • 320° à 80°   (18'010W)

 

C'est l'azimuth 320° à 80° qui donne la puissance la plus importante, ce pourquoi il a été retenu dans le tableau précédent comme azimuth principal 335° à 65°. Mais aucune direction n'a moins de 16'200W !

Il est donc IMPORTANT de s'opposer à la mise en place de ces nouvelles antennes, pour notre santé. 
Plus d'infos ici : https://www.stop5g.ch/5g-et-sante et ici : https://www.pierredubochet.ch/veille-sanitaire-5g.html

 

Actuellement les opérateurs et les milieux officiels prétendent que les antennes 5G adaptatives rayonnent beaucoup moins que les antennes standard, mais de nouveau ceci n'est que très partiellement vrai car d'une part car les valeurs maximales (dites de crête) ne sont pas prises en compte comme elles le devraient (elles sont très néfastes au niveau biologique), et d'autre part cela dépend fortement du nombre d'utilisateurs connectés. Pour l'instant il n'y en a que très peu ! Lorsqu'il y en aura davantage, et qu'il y aura des quantités importantes d'objets connectés, ce ne sera plus le cas.

L'Agence Nationale des Fréquences (ANFR) en France a mesuré des antennes directives 5G et a constaté des valeurs d'irradiation maximales très élevées :
 8 à 10 fois plus que ce que génère un iPhone moderne sur la tête de l'utilisateur !

POURQUOI REFUSER LA 5G ?

interrogation.png
Adobe_PDF-logo.png

Contre-argumentaire à la 5G

Les_4_raisons_de_dire_non_à_la_5G.png

QUESTIONS IMPORTANTES

"MONITORING" DES ANTENNES 5Gun des arguments donnés par l'Etat et les opérateurs est que les  émissions des antennes sont surveillées par un système automatique. C'est censé être le cas, mais dans les faits ce système n'est pas fiable puisqu'une enquête a montré qu'une antenne sur cinq émet plus fort que ce qu'autorise la réglementation. De plus avec les antennes adaptatives, le problème est qu'on ne mesure pas les antennes 5G, on calcule leur rayonnement par extrapolation à partir de leur signal "à vide" (signal de synchronisation). On peut déjà douter du bien-fondé de cette démarche, particulièrement lorsqu'il y aura énormément d'appareils connectés à l'antenne.

L'autre problème est la façon de procéder pour réaliser cette surveillance des 5G adaptatives : on compte sur le journal des émissions de l'antenne, réalisé par un logiciel fourni par le fabricant d'antennes et qui est sous contrôle des opérateurs. C'est comme si on nous demandait de vérifier nous-mêmes nos dépassements de vitesse sur l'autoroute et de nous dénoncer en cas d'infraction...

 

 

PERTE DE VALEUR IMMOBILIÈREun autre argument que nous n'avons pas encore mentionné est celui de la perte de valeur immobilière des biens exposés au rayonnement d'une antenne, et particulièrement s'il s'agit d'une antenne 5G. Cette perte de valeur est variable mais comprise en général entre 20 et 50% selon les agences immobilières (voir postulat Hollenstein et interpellation Schmid ci-dessous).

Cette perte n'est cependant PAS PRISE EN COMPTE et est niée par les autorités, elle n'en est pas moins réelle.

Adobe_PDF-logo.png

Postulat Hollenstein : ​Antennes de téléphonie mobile et impact sur la valeur foncière des immeubles concernés

Adobe_PDF-logo.png

Interpellation Schmid : Dépréciation de biens immobiliers due aux antennes de téléphonie mobile. Responsabilité.

Perte valeur immobilière.JPG

SATURATION DU RÉSEAU ? Il est nécessaire de comprendre que non, il n'est pas indispensable d'avoir la 5G pour éviter la saturation du réseau, comme le prétendent les opérateurs. Actuellement, 80% des données qui circulent sur le réseau mobile sont des vidéos, la très grande partie étant du "récréatif" donc loin d'être indispensable. Les vidéos visionnées en mode mobile ont une résolution inutilement élevée pour les petits écrans des smartphones, l'oeil est incapable de les apprécier. On pourrait fort bien diminuer la résolution de ces vidéos sans impact visuel. Une grande partie de ces données sont du "pseudo-mobile" car utilisées par des appareils situés à l'intérieur, et qui devraient être connectés au réseau fixe de fibre optique ou câble. Les opérateurs  offrent des abonnements illimités à prix cassés et contribuent ainsi à cette surcharge du réseau mobile. Voir infos ici : https://www.stop5g.ch/5g-et-justifications

 

LA 5G, BONNE POUR L'ENVIRONNEMENT ? 

Il y a une affirmation qui est souvent utilisée comme motivation pour le déploiement de la 5G, c'est celle de sa consommation d'énergie prétendument réduite.

Des informations contradictoires circulent à ce sujet. Les opérateurs, et même certains scientifiques en particulier disent que la 5G va consommer moins d'énergie car plus efficace énergétiquement, vu que par « bit » d’information transmis elle utiliserait moins d’énergie. Mais d’un autre côté l'IEEE (www.ieee.org) dit que les stations de base 5G vont consommer trois fois plus que les stations de base 4G. (réf : leur revue « Spectrum » du 24 juillet 2019).

Le problème est que les deux affirmations sont vraies : à puissance égale la 5G, grâce au temps de transmission plus court et au procédé de codage augmenté (QAM-256 ou même 1024) a besoin de moins d'énergie par bit de transmission que la 4G. Mais d'un autre côté, pour transmettre en mode 5G, il y a besoin de davantage de puissance pour avoir un signal très propre à la réception, faute de quoi le décodage ne pourra pas se faire correctement, ainsi que l'explique l'IEEE dans son article (Spectrum 24.07.2019). D'autres facteurs interviennent, comme le "PAPR" (peak-to-amplitude power ratio) qui est plus élevé avec la 5G. Au final, ceci peut expliquer que les stations de base 5G consommeront davantage que les 4G. En Chine, dans certaines villes les stations 5G sont éteintes la nuit à cause de leur trop grande consommation d'énergie...

La 5G étant destinée à connecter des dizaines, des dizaines ou des centaines (!) de milliards d’objets connectés dévoreurs de ressources, producteurs de déchets électroniques, et générateurs de très grandes quantité de données qui consommeront énormément d’électricité, le bilan final est très négatif.

Le déploiement de la 5G va donc dans le sens opposé de ce qu'il faudrait, et n'est pas compatible avec la volonté de réduire notre empreinte écologique. Les objectifs climatiques ne seront pas remplis avec l'utilisation de cette technologie !

Plus d'infos ici : https://www.stop5g.ch/5g-et-environnement

Adobe_PDF-logo.png

LA 5G, BONNE POUR L'ENVIRONNEMENT, VRAIMENT ? 

5G - EFFETS BIOLOGIQUES ET SANITAIRES 

En 2004, Swisscom AG a déposé un brevet concernant un système de réduction de l'électrosmog pour des systèmes mobiles, typiquement un WiFi. Dans cette patente, il est dit : «Il a donc été possible de montrer que la radiation des systèmes radio mobiles pouvait causer des dommages au matériel génétique, en particulier aux globules blancs dans le sang humain, pour lesquels l’ADN pouvait être endommagé et le nombre de chromosomes changé (aneuploïdie). Cette mutation peut donc, en conséquence, amener un risque accru de cancer». Et ceci, hors d'un effet thermique, c'est précisé dans le document. Il s'agit donc d'un effet biologique.

 

Les dommages au matériel génétique sous l'effet des ondes électromagnétiques de basse intensité ont été mis en évidence par plusieurs études, contrairement à ce que Swisscom tente de prétendre actuellement.
Ceci concerne tous les types d'ondes électromagnétiques pulsées haute fréquence, telles qu'utilisées dans la transmission de données sans fil, et pas uniquement la 5G.

BERENIS, le groupe d'experts mandatés par l'OFEV, a récemment reconnu dans sa newsletter de janvier 2021, l'existence de stress oxydatif au niveau cellulaire, ainsi que d'aggravations potentielles de certaines pathologies pré-existantes. Citation : [...] la majorité des études animales et plus de la moitié des études cellulaires fournissent des indications de stress oxydatif accru induit par les CEM (champs électromagnétiques) HF et BF. C’est le cas pour une variété de types de cellules, de durées d’exposition et de dosages, également dans la gamme des valeurs limites de l’installation (< 5V/m).
[...] l’exposition aux CEM, même à faible dose, peut entraîner une rupture de l’équilibre oxydatif.

 
Patente Swisscom (new).JPG

Et avec la 5G, il faut fatalement augmenter les puissances émises pour obtenir le débit supérieur souhaité. Les opérateurs veulent plus que tripler les valeurs limites (passer de 6V/m à 20V/m), c'est ce qui est demandé par la motion 20.3237 et qui risque d'être avalisé bien que le Conseil Fédéral (S. Sommaruga) ait promis de ne pas augmenter les valeurs limites, suivant l'avis du Conseil National et du Conseil des Etats et aussi à cause de l'opposition de plus en plus généralisée dans la population

Le Conseil Fédéral avait communiqué ceci, le 12 mars 2018 déjà : "Il est toutefois envisageable d'adapter les méthodes de mesures et de calcul pour les limites préventives des émissions. Cela permettrait une augmentation modérée de la capacité des sites existants, et cela sans modifier l'ordonnance précitée et en maintenant inchangées les valeurs limites d'immissions. Le déploiement initial de la 5G, dans l'attente d'une éventuelle révision future des valeurs limites, sera ainsi facilité.
https://www.parlament.ch/fr/ratsbetrieb/suche-curia-vista/geschaeft?AffairId=20185209

LA RÉSOLUTION N°1815 DU CONSEIL DE L'EUROPE PRÉCONISE DES VALEURS EN-DESSOUS DE 0.2 V/m !

Adobe_PDF-logo.png
Valeur efficace moyennée 6 min 16V (3).JPG

ATTENTION donc, car grâce à des astuces de calcul des rayonnements, les opérateurs peuvent augmenter les émissions de leurs antennes en PARAISSANT RESPECTER LES VALEURS LIMITES, en utilisant les facteurs de réduction (jusqu'à 10) selon les "aides à l'exécution" publiées par l'OFEV, et inclues maintenant dans la nouvelle révision de l'ORNI (Ordonnance sur le rayonnement non ionisant).

Une moyenne sur 6 minutes au lieu des valeurs instantanées comme jusqu'ici permet d'avoir des dépassements importants (jusqu'à 15.8V/m).

Il est également nécessaire d'ajouter que des études scientifiques ont mis en évidence l'impact négatif des ondes électromagnétiques (RNI) sur le système immunitaire. En particulier, on a constaté que le mécanisme d'action des RNI sur la cellule (activation des canaux calciques) facilitait la réplication de certains virus. Ceci est le cas pour tous les types d'ondes électromagnétiques utilisées dans les systèmes mobiles et n'est pas lié à la 5G en particulier, mais du fait des augmentations d'irradiation auxquelles il faut s'attendre avec le déploiement de cette dernière, ce problème risque d'être accentué. Voir ce document pour davantage d'informations.

5G au détriment de la santé (E.Steiner).

5G au détriment de la santé

Un article de la Dr. Edith Steiner, membre de l'association "Médecins en faveur de l'environnement" (MfE / AefU)

Elle est également membre du groupe de l'OFEV qui a établi le rapport sur la téléphonie mobile en fin d'année. Elle insiste pour une réduction des valeurs limites à au moins 0.6V/m.

Le Conseil de l'Europe, dans sa Résolution n°1815, réclamait même moins de 0.2V/m, alors qu'en Suisse nous avons une limite d'émission à 5-6V/m.

Il est important de savoir que ces 5 à 6V/m sont une limite d'émmission par antenne, la limite d'immission (somme totale de toutes les sources de rayonnement auquel on est soumis à un endroit donné) est de 61V/m, lorsque par exemple on se situerait au centre d'un triangle formé par trois antennes, la limite d'émission de chaque antenne ne prendra pas les deux autres en considération si elles sont hors d'un certain périmètre qui dépend des puissances en jeu. De plus avec les antennes adaptatives 5G, on ignore les contributions des multiples réflexions sur le sol et les bâtiments voisins au rayonnement principal.

logo_illustre.jpg

"5G : on nous ment sur les conséquences" (février 2020)

Dans le magazine l'Illustré, un ingénieur EPFL en génie électrique explique pourquoi la résistance à la cinquième génération des standards de la téléphonie mobile ne faiblit pas :

"On se précipite sur la 5G sans avoir réfléchi aux conséquences. Ou, plus grave encore, on y a réfléchi et on a décidé d’y aller malgré tout, sans égard pour les personnes, ni pour l’environnement. D’un côté, on fait des efforts pour diminuer notre empreinte carbone, on compte même sur la 5G pour cela. De l’autre, on va induire une pollution effarante avec une centaine de milliards d’objets connectés à construire puis à recycler, on ne sait pas encore comment. Sans compter d’innombrables data centers ultragourmands en énergie. C’est une démarche totalement schizophrène".

 
Adobe_PDF-logo.png

FLYER DISTRIBUÉ SUR ECHALLENS

Vidéo 5G à Echallens.JPG

VIDÉO

Logo Powerpoint.JPG

DIAPORAMA "LA 5G À ECHALLENS"