ENSEMBLE NOUS SOMMES PLUS FORTS

DES ANTENNES

5G

À ECHALLENS?

NON

No 5G.jpg
5G DANGER.JPG

DE QUOI S'AGIT-IL?

Il n'y avait PAS d'antenne 5G à Echallens jusqu'ici. Et maintenant le village se retrouve soudain doté de 3 NOUVELLES ANTENNES 5G SANS MISE À L'ENQUÊTEEt rien n'a été communiqué à la population du bourg.

Il faut en demander raison à la municipalité et au canton. Ecrivez SVP!

SMILEY ELECTRO-IRRADIE_fond transparent.

et d'autres antennes 5G risquent de suivre...

 
logo MS Word.png
Carte Echallens antennes 5G.JPG

MAIS POURQUOI REFUSER LA 5G

interrogation.png
Les_4_raisons_de_dire_non_à_la_5G.png

En 2004, Swisscom AG a déposé un brevet concernant un système de réduction de l'électrosmog pour des systèmes mobiles, typiquement un WiFi. Dans cette patente, il est dit : «Il a donc été possible de montrer que la radiation des systèmes radio mobiles pouvait causer des dommages au matériel génétique, en particulier aux globules blancs dans le sang humain, pour lesquels l’ADN pouvait être endommagé et le nombre de chromosomes changé (aneuploïdie). Cette mutation peut donc, en conséquence, amener un risque accru de cancer». Et ceci, hors d'un effet thermique, c'est précisé dans le document. Il s'agit donc d'un effet biologique.

 

Les dommages au matériel génétique sous l'effet des ondes électromagnétiques de basse intensité ont été mis en évidence par plusieurs études, contrairement à ce que Swisscom tente de prétendre actuellement. 

 
Patente Swisscom (new).JPG

Et avec la 5G, il faudra fatalement augmenter les puissances émises pour obtenir le débit supérieur souhaité. Les opérateurs voulaient plus que tripler les valeurs limites (passer de 6V/m à 20V/m), ils ne vont pas pouvoir le faire car le Conseil Fédéral s'y refuse, suivant l'avis du Conseil National et du Conseil des Etats et aussi à cause de l'opposition de plus en plus généralisée dans la population.

Toutefois, le Conseil Fédéral avait communiqué ceci, le 12 mars 2018 déjà : "Il est toutefois envisageable d'adapter les méthodes de mesures et de calcul pour les limites préventives des émissions. Cela permettrait une augmentation modérée de la capacité des sites existants, et cela sans modifier l'ordonnance précitée et en maintenant inchangées les valeurs limites d'immissions. Le déploiement initial de la 5G, dans l'attente d'une éventuelle révision future des valeurs limites, sera ainsi facilité.
https://www.parlament.ch/fr/ratsbetrieb/suche-curia-vista/geschaeft?AffairId=20185209

ATTENTION donc, car grâce à des astuces de calcul des rayonnements il y aura possibilité d'augmenter les émissions en PARAISSANT RESPECTER LES VALEURS LIMITES, en utilisant une moyenne sur 24h par exemple, comme ci-dessous. Ceci correspond à l'"option n°3" décrite dans le rapport de l'OFEV.

Méthode_de_mesure_5G_avec_commentaire.J

Il est également nécessaire d'ajouter que des études scientifiques ont mis en évidence l'impact négatif des ondes électromagnétiques (RNI) sur le système immunitaire. En particulier, on a constaté que le mécanisme d'action des RNI sur la cellule (activation des canaux calciques) facilitait la réplication des virus. Ceci est le cas pour tous les types d'ondes électromagnétiques utilisées dans les systèmes mobiles et n'est pas lié à la 5G en particulier, mais du fait des augmentations d'irradiation auxquelles il faut s'attendre, ce problème sera accentué. Voir ce document pour davantage d'informations.

5G au détriment de la santé (E.Steiner).

5G au détriment de la santé

Un article de la Dr. Edith Steiner, membre de l'association "Médecins en faveur de l'environnement" (MfE / AefU)

Elle est également membre du groupe de l'OFEV qui a établi le rapport sur la téléphonie mobile en fin d'année. Elle insiste pour une réduction des valeurs limites à au moins 0.6V/m.

Le Conseil de l'Europe, dans sa Résolution n°1815, réclamait même moins de 0.2V/m, alors qu'en Suisse nous avons une limite à 5-6V/m.

logo_illustre.jpg

"5G : on nous ment sur les conséquences"

Dans le magazine l'Illustré, un ingénieur EPFL en génie électrique explique pourquoi la résistance à la cinquième génération des standards de la téléphonie mobile ne faiblit pas :

"On se précipite sur la 5G sans avoir réfléchi aux conséquences. Ou, plus grave encore, on y a réfléchi et on a décidé d’y aller malgré tout, sans égard pour les personnes, ni pour l’environnement. D’un côté, on fait des efforts pour diminuer notre empreinte carbone, on compte même sur la 5G pour cela. De l’autre, on va induire une pollution effarante avec une centaine de milliards d’objets connectés à construire puis à recycler, on ne sait pas encore comment. Sans compter d’innombrables data centers ultragourmands en énergie. C’est une démarche totalement schizophrène".

DIFFERENCES ENTRE "5G WIDE" et "5G FAST" (5G+)

Antennes directives.png

Les antennes installées semblent être des antennes 5G"standard" aussi appelées "5G wide" par Swisscom, et non des antennes adaptatives ("5G fast"), en fait ce sont des antennes capables d'émettre en 3G, 4G ou 5G et qui fonctionnent donc avec les mêmes fréquences et la même puissance

En revanche les antennes 5G dites "adaptatives" vont focaliser des faisceaux d'ondes puissants sur les utilisateurs ET sur les personnes se trouvant dans les faisceaux. Des doutes sérieux existent sur le fait que les intensités de ces faisceaux respecteront les normes, par ailleurs trop élevées rappelons-le pour garantir une innocuité au niveau biologique. Des "facteurs de réduction" vont être appliqués aux mesures de ces antennes, permettant d'émettre à forte puissance en prétendant respecter les limites.

Comme mentionné plus haut, des nouvelles méthodes de calcul et de mesure permettront de prétendre respecter les normes officielles (ORNI) alors que les émissions maximales seront bien plus hautes

Néanmoins, ces antennes 5G adaptatives nécessitent une mise à l'enquête et de ce fait leur déploiement est actuellement bloqué par le canton à cause du moratoire cantonal, tant que des directives concernant la mesure de ces antennes ne sont pas rendues disponibles par la Confédération. Mais ceci est temporaire, car ces directives vont être publiées incessamment et le moratoire supprimé. 

Il est donc IMPORTANT de s'opposer à la mise en place de ces antennes adaptatives "5G fast", pour notre santé. 

Actuellement les opérateurs et les milieux officiels prétendent que les antennes 5G adaptatives rayonnent beaucoup moins que les antennes standard, mais de nouveau ceci n'est que partiellement vrai car d'une part car les valeurs maximales (dites de crête) ne sont pas prises en compte comme elles le devraient (c'est très néfaste au niveau biologique), et d'autre part cela dépend fortement du nombre d'utilisateurs connectés. Pour l'instant il n'y en a que très peu ! Lorsqu'il y en aura davantage, et qu'il y aura des quantités importantes d'objets connectés, ce ne sera plus le cas.

L'Agence Nationale des Fréquences (ANFR) en France a mesuré des antennes directives 5G et a constaté des valeurs d'irradiation maximales très élevées.
Les résultats sont très inquiétants : calculées à des distances comprises entre 18 et 25m, c'est-à-dire là où se trouvent les premiers lieux d'utilisation sensibles et donc où s'applique une valeur limite de 5V/m, des valeurs comprises entre 32 et 48V/m ont été mesurées dans le faisceau. C'est déjà 8 à 10 fois plus que ce que génère un iPhone moderne sur la tête de l'utilisateur !

Et un autre argument que nous n'avons pas encore mentionné est celui de la PERTE DE VALEUR IMMOBILIERE des biens exposés au rayonnement d'une antenne, et particulièrement s'il s'agit d'une antenne 5G. Cette perte de valeur est variable mais comprise en général entre 30 et 50% selon les agences immobilières (voir postulat Hollenstein ci-dessous).

Adobe_PDF-logo.png

Postulat Hollenstein : ​Antennes de téléphonie mobile et impact sur la valeur foncière des immeubles concernés

Adobe_PDF-logo.png

FLYER DISTRIBUÉ SUR ECHALLENS
(ne reflète plus l'état actuel!)

Adobe_PDF-logo.png

Interpellation Schmid : Dépréciation de biens immobiliers due aux antennes de téléphonie mobile. Responsabilité.